INFORMATIONS

Six pays européens demandent à la Commission européenne d'abandonner complètement l'utilisation du glyphosate

Six pays européens demandent à la Commission européenne d'abandonner complètement l'utilisation du glyphosate

Le 17 novembre, l'Europe a approuvé 5 ans d'utilisation de l'herbicide glyphosate. Cette décision laisse ouverte la possibilité de renouvellements successifs des licences dans le futur, ce qui est contraire à la décision précédente du Parlement européen d'interdire complètement l'utilisation du glyphosate dans un délai de 5 ans.

Le renouvellement du permis de glyphosate (en plus des renouvellements éventuels qui pourraient venir plus tard) exposera la population et la nature européenne à un pesticide qui a été classé comme probablement cancérigène par l'Organisation mondiale de la santé.

Comme si cela ne suffisait pas, des études montrent que l'herbicide affecte le système hormonal, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un perturbateur endocrinien.

Le ministre français Nicolas Hulot et ses collègues de Belgique, du Luxembourg, de Malte, de Slovénie et de Grèce ont envoyé cette lettre le 19 décembre au commissaire à la santé Vytenis Andriukaitis et au vice-président de la Commission, Frans Timmermans.

Dans la lettre, ils expriment leur souhait de se conformer à la recommandation du Parlement européen et d'interdire immédiatement certaines utilisations de l'herbicide. Plus précisément, ceux qui présentent le plus grand risque de contamination des personnes et de l'environnement:

- l'utilisation pré-récolte qui est faite pour assécher certaines cultures, et qui laisse une grande quantité de résidus dans les aliments.
son utilisation domestique ou non professionnelle dans les vergers et jardins, qui ne garantit pas la sécurité de l'utilisateur ou des autres personnes exposées.
- utilisation dans les parcs et terrains de jeux publics où il pourrait être exposé à des groupes particulièrement sensibles, tels que les filles, les garçons, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou les femmes enceintes.

Dans leur lettre, les six Etats ont également demandé à l'exécutif de l'Union européenne de mener une étude pour identifier et mettre à disposition d'éventuelles alternatives (chimiques, mécaniques ou biologiques) aux principales utilisations agricoles du glyphosate.

Hulot et les autres ministres ont en outre insisté pour que la Commission tienne la promesse de réformer et d'améliorer la transparence des processus d'approbation des produits chimiques de l'UE, que la Commission a faite en rejetant la demande de l'initiative citoyenne européenne, dans laquelle plus sur un million de personnes ont demandé une interdiction totale dans une pétition sur les pesticides.

Par Graciela Vizcay Gomez


Vidéo: Ce que je dois prévoir si je nutilise pas le glyphosate (Novembre 2021).